L'étrange pouvoir de la neige en banlieue parisienne.

8 févr. 2018

Ils disent que ça faisait 5 ans que ça n'était pas arrivé. Moi j'avais l'impression que ça n'arriverai plus et encore moins ce 6 février 2018 après des mois passés sous la pluie. Un scénario impensable tandis que la décrue de la Seine tardait à se faire et qu'autour de moi proches et collègues parlaient encore des inondations, de l'eau qui continuait à monter. Un virement de situation à 180 degrés rabâché dans les journaux, à la télé. Des alertes, plusieurs avertissements puis les premiers flocons. Le matin, j'ai laissé la ville qui s'étale sur ces photos avec 3 petits centimètres de neige, juste ce qu'il fallait pour recouvrir les toitures des maisons et blanchir les branches des arbres. La banlieue s'éveillait avec son lot de contraintes matinales ...
They say it's been five years since it happened. I had the impression that it will not happen again, specially this February 6, 2018 after months spent under the rain. A scenario unthinkable while the recession of the Seine was slow to be done and, around me, friends and colleagues were still talking about floods, water that continued to rise. A 180 degree turn shared in the newspapers, on TV. Alerts, several warnings and the first flakes. In the morning, I left the city that spreads on these photos with 3 inches of snow, just enough to cover the roofs of houses and whiten the branches of trees. The suburb woke up with its lot of morning constraints ... 

Des habitants trop pressés, trop stressés, sur les routes, dans les transports en commun. Une excitation permanente dans les rues et sur le bitume encore noir de ce mardi 6 février. Comme à son habitude, Paris semblait protégée par un dôme qui donnait à la neige la possibilité de passer sans jamais pouvoir se poser au sol ou sur les toits. L'effet de serre comme on dit ... Les flocons tombaient, le ciel était gris mais les rues du 9ème arrondissement ne perdaient rien de leurs couleurs ni de leur agitation tandis que, dans mon coin, je pensais à ma banlieue.
People in a hurry, too stressed, on the roads, on public transport. A permanent excitement in the streets and on the still black bitumen of this Tuesday, February 6th. As usual, Paris seemed protected by a dome that gave the snow the opportunity to pass without ever being able to land on the ground or on the roofs. The greenhouse effect as they say ... The flakes were falling, the sky was gray, but the streets of the 9th arrondissement lost nothing of their colors or their agitation while, in my corner, I thought of my suburb. 


Certains étaient inquiets j'étais détendue quand d'un coup des nouvelles parvenues depuis l'autre côté du périph' sont venues contrecarrer mes plans et s'opposer à ma tranquillité. Le 9ème semblait être sous la pluie mais les abords de Paris étaient bien blancs. Le dôme semblait perdre de son efficacité et la neige recouvrait déjà les arrondissements du sud. Quel étonnement ! Il était à peine 16h30 et la capitale allait devenir un piège qui se renfermerait sur tous les banlieusards qui habitent loin. Routes enneigées, voitures dans le fossé, bus de plus en plus rares, RER perturbé. 
Some were worried I was relaxed when suddenly news from the other side of the ring road came to thwart my plans and oppose my tranquility. The 9th seemed to be in the rain but the edges of Paris were white. The dome seemed to lose its effectiveness and the snow was already covering the southern districts. What a surprise ! It was just 4:30 pm and the capital was going to become a trap that would fit on all the commuters who live far away. Snowy roads, cars in the ditch, bus increasingly rare, RER disturbed.

Ils disent que ça faisait 5 ans que ça n'était pas arrivé mais lorsqu'ils ont su ce qu'il se passerai les services de mon petit bout de banlieue chargés du déblaiement des voies n'ont rien fait. Et puis le jour s'est levé, donnant ainsi du relief et une lumière aveuglante à ce qui nous a demandé de nombreuses heures de patience dans la nuit avant de rentrer chez nous la veille. Les bus ne roulent plus, le RER ne fonctionne pas, les écoles sont fermées. Qu'est ce que l'on est ridicules ...
They say it had been 5 years since it happened but when they knew what will happen the services of my little suburb responsible for clearing the roads did nothing. And then the day came up, giving relief and a blinding light to what required us many hours of patience in the night before returning home the day before. The buses do not drive anymore, the RER does not work, the schools are closed. We are so ridiculous ...

L'île de France est à l’arrêt. Paris et sa banlieue semblent avoir été créées que pour porter des chaussures à talons et rouler avec des petites citadines sans jamais se soucier des intempéries et de la neige. Comme si l'être humain avait une nouvelle fois décidé de fermer les yeux, de faire l'autruche, pensant naïvement être plus fort que la nature ou que celle-ci restera sagement à sa place. 
The île de France region is at a standstill. Paris and its suburb seem to have been created only to wear high-heeled shoes and ride with small city cars without ever worrying about bad weather and snow. As if the human had once again decided to close his eyes, to make the ostrich, thinking naively to be stronger than nature or that it will remain sagely at its place.

Ce matin du 7 février 2018 aura été d'un calme assourdissant. Les rues n'était pas désertes mais chaque visage rencontré témoignait d'une situation rare dans notre région. Tout semblait en suspend. La neige venait de composer avec le paysage comme une cabine insonorisée à l’échelle grandeur nature. Un slow motion où le silence était roi et l'activité humaine au ralenti. L'agitation n'avait plus de place ni sur les routes ni dans les ronds-points, où les glissades avaient remplacé les allures folles de certains détraqués. L'hiver avait eu du retard mais ce matin il était là et pour une durée encore inconnue.
This morning of February 7, 2018 was a deafening calm. The streets were not empty, but every face met testified of a rare situation in our region. Everything seemed suspended. The snow had come to composed with the landscape as a soundproof cabin on a life-size scale. A slow motion where silence was king and human activity slowed down. The agitation had no place either on the roads or on the roundabouts, where the slides had replaced the crazy speeds of some stupid people. The winter was late but this morning it was there and for a still unknown period.

15 commentaires:

  1. J'adore les photos de cet article. J'étais comme une gamine quand la neige est tombée et a commencé à se fixer. Comme toi je l'attendais et n'y croyais plus.
    Lorsqu'il y a eu une dizaine de centimètres de neige à Paris je suis sortie pour admirer Paris comme je ne l'avais jamais vu. Les parisiens étaient calfeutrés chez eux, l'ambiance était très particulière j'ai adoré! Surréaliste.
    Bon weekend
    Adeline du blog http://www.mesideesnaturelles.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai même pas pu voir Paris sous la neige puisque j'étais bloquée en banlieue et en fin de journée le mardi il n'y avait rien dans l'arrondissement où je travaille ... Une prochaine fois peut-être.

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé ton article car il me fait réaliser que je pense exactement la même chose que toi ! Nous n'avons pas l'habitude de toutes cette neige et j'ai ce sentiment que le monde s'arrête mais que les gens s'unissent malgré tout tous autour d'un sujet ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a même qui s'entraident avant de redevenir des sauvages dans les transports en communs ... L'être humain est très étrange ...

      Supprimer
  3. Magnifiques clichés, et très beaux mots <3
    J'adore !
    Bises
    Plume d'Auré
    www.plumedaure.com

    RépondreSupprimer
  4. La neige sublime le moindre coin ou recoin....
    Magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça change complètement le paysage ! Jamais je n'aurais trouvé de charme à la moitié des angles de vue qui sont là ...

      Supprimer
  5. Ridicules? je ne sais pas... investir dans un matériel couteux qui ne sert que tous les 5 ans ou profiter d'une journée de silence, que préfères-tu? j'ai ma petite idée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'ai mon idée aussi ^^. ! Laisser des voitures bloquées sur une nationale alors qu'il était prévu depuis 5 jours qu'une importante couche de neige allait tomber me semble être un léger foutage de gueule. Je veux bien comprendre qu'investir dans un matériel coûteux pour un événement qui ne se produit pas chaque année serait démesuré mais comme il a été dit à de nombreuses reprises dans les médias, ce n'est pas la première fois que ça arrive. Je vais parler à mon niveau, les routes autour de moi n'ont même pas été salées de façon préalable le mardi matin à 6h. Je pense que entre dépenser des sommes folles pour s'équiper et saler un minimum les routes il y a un large fossé d’où mes mots ...

      Supprimer
  6. Les photos les textes, que je trouve de plus en plus léchés et incisifs ! Du beau boulot encore une fois et de très belles images :)
    Pour en revenir à ton article, pour une fille de la campagne, voir que les urbains sont dépassés par la neige me fait doucement sourire.


    XOXO LOVE
    Anthony & Noémie, blogueurs curieux et facétieux et bientôt mariés sur notrecarnetdaventures.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup la qualité rédactionnelle de la première phrase ! Merci =). ! Concernant la neige on aurait pu comprendre que l'IDF se retrouve dépassée du fait que ce n'est pas tous les ans mais quand il y a avertissement 5 jours à l'avance et que rien n'est fait je dis non ! Saler les voies est à la portée de n'importe quelle ville. Le plus ridicule était de voir que beaucoup de bus ne circulaient pas ce 1er mars parce qu'il y avait 2 cm de neige sur les routes et pas de salage préalable ! Finalement on a ce qu'on mérite ...

      Supprimer
  7. Très belles photos....Paris et la région parisienne étaient magnifiques sous la neige malgré les galères de transport!

    RépondreSupprimer

Travel blog made in France. Follow me all around the world and feel free to leave a comment if you enjoy the trip !

Sauf mentions contraires tous les textes présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord. Article L112-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.

Subscribe to our mailing list

* indicates required